Région Alsace-Moselle (Strasbourg)

Délégué régional :

 

Jean-Louis Duranton

12, rue Saint-André

57245  Peltre

☏ 03 54 62 54 98 ☏

jld57@numericable.fr

Généralités

carte de la région

Départements constituant la région
Département Superficie Population (2011)
57 Moselle 6.216 km² 1.045.146 habitants
67 Bas-Rhin 4.755 km² 1.099.269 habitants
68 Haut-Rhin 3.525 km² 753.056 habitants


Mini-congrès

La région Alsace-Moselle a organisé un mini-congrès à Strasbourg en 2006. Lire le compte-rendu dans le bulletin n°124 page 6.

pêle-mêle du voyage de 2006


Dernière sortie

Le Jeudi 18 mai 2017 : Saverne et environs


À l’heure dite, nous étions 9 personnes au lieu de rendez-vous à Saverne.

L’emblême de Saverne est la Licorne qui serait un animal mythique qui aurait vécu il y a environ 3000 ans. C’était le symbole de la force et de la pureté. De ce symbole, on a créé une bière, du chocolat, des gâteaux…

Nous nous dirigeons vers le cloître fondé en 1303 par les Frères Hospitaliers selon la règle de saint Augustin (Ordre mendiant).

Il faut se rappeler que le col de Saverne est le point de passage entre l’Alsace et la Lorraine.

Au moyen-âge, la ville est sous la domination du Saint Empire Germanique et cela perdurera jusqu’en 1870. L’évêque ayant été chassé de la ville de Strasbourg, Saverne devient la résidence épiscopale. Il faut dire qu’à cette époque, l’évêque de Metz était en « guerre  » avec l’évêque de Strasbourg de sorte que plusieurs châteaux forts furent construits autour de Saverne (le plus grand est celui du Haut Barr).

Aujourd’hui, le cloître est loué à l’université ; il sert également en été pour des concerts. L’ordre a été dissous à la Révolution ; les peintures sont en cours de restauration dans le couvent des Récollets, propriété actuelle de la ville.

En quittant ce lieu, nous passons devant de magnifiques maisons à colombages (XVIe) dont les armoiries furent malheureusement détruites à la Révolution.

Nous passons sous le porche de la mairie où nous découvrons une architecture du XVIIe avec une représentation de la licorne et la légende dit qu’elle ne pouvait être domptée que par une seule personne à savoir une jeune fille vierge ! …

Notre guide nous parle d’une magnifique roseraie (actuellement encore fermée) d’une surface de 1,5 ha avec 8000 plants de rosiers correspondant à 500 variétés. Cette roseraie a été créée à la fin du XIXe par un habitant de Saverne.

Saverne est une ville administrative disposant d’un potentiel humain recherché.

Durant les deux guerres mondiales, Saverne n’a pas subi de dégâts grâce à la tactique employée par le général Leclerc.

Dans la rue piétonne, nous passons devant la maison Katz dénommée ainsi du nom de son premier propriétaire en 1605. Ce bâtiment a été rénové et fait partie de l’Hôtel de Ville aux étages.

Beaucoup de maisons comportent des oriels de formes différentes (triangulaire, pentagonal…)

Nous nous rendons ensuite dans l’édifice religieux qui est l’église Notre Dame de la Nativité avec sa tour romane du XIIe ; nous admirons l’architecture du chœur, les voûtes de celui-ci avec à l’arrière un orgue Kraemer Kern datant de 1784, la chaire de Hans Hammer (1495), les fonts baptismaux du XVIIe et le christ aux stigmates du XVIIIe, le christ gisant de 1400, la dalle funéraire de l’évêque de Strasbourg datant du XVIe, les verrières du XIXe dans le chœur.

En 1715, arrivent de Bretagne les quatre cardinaux de Rohan. Louis XIV voulait mettre un frein à la réforme luthérienne venue d’Allemagne et il a pensé que les cardinaux puissants pourraient réussir dans cette tâche. Ces cardinaux vécurent d’une manière opulente et, à la fin de leur règne, ils étaient sans le sou !

Le cardinal de Rohan ne profite guère du château car il fut entraîné dans la fameuse histoire du collier de la Reine, qui se termina par une fin de vie en exil.

Actuellement, après des fortunes diverses, le château est entièrement occupé après que la ville de Saverne l’ait racheté pour peu d’argent compte tenu de son état de vétusté.

Le parc du château fut dessiné en 1723 par Robert de Cotle. A l’origine, le parc du château avait 5 km de long sur 1 km de large ce qui démontre l’opulence dans laquelle vécurent les cardinaux de Rohan.

Le château est actuellement occupé par des espaces culturels, une école primaire, une auberge de jeunesse, un poste de police municipale, le club vosgien de marche et des salons divers et variés.

Nous remercions notre guide et nous dirigeons vers le restaurant de la Marne situé près d’une écluse du canal de la Marne au Rhin. Après le repas, nous nous dirigeons vers le plan incliné situé sur la commune d’Artzviller.

Ce canal de la Marne au Rhin vit le jour en 1826 et fut réalisé en 1838 après étude de M. Brisson, ingénieur des Ponts et Chaussées. Le concepteur principal fut Charles Etienne Collignon, afin de relier Vitry-le-François à Strasbourg.

Le plan incliné fut mis en service en 1969 afin de remplacer 17 écluses qui permettaient de « franchir  » une dénivelée de 44m. Il convient de rappeler que le canal a une longueur de 314 km et comporte pas moins de 178 écluses Il fallait environ 6 à 9 jours de voyage pour franchir la distance étant fait observer qu’il fallait une journée entière pour s’affranchir des 17 écluses précitées (parcours de 4 km pour 44 m de dénivelée consommant une énorme quantité d’eau !).

Le fonctionnement du plan d’eau est le suivant :

  • En entrant dans le bac, la péniche refoule vers le canal une quantité d’eau équivalente au volume immergé du bateau (avec ou sans bateau, le poids du bac reste le même).


Dans son principe, le syste pourrait fonctionner sans moteur car :

  • En partie supérieure, le bac s’arrête 20 cm sous le niveau du canal
  • En partie inférieure, c’est le contraire, il s’arrête 20 cm au-dessus du canal


Quelques chiffres :

  • Le déplacement horizontal sur rails en acier est de 108,60 m pour une dénivellation de 44,50 m (pente de 41%)
  • Le bac en acier mesure 41,50 m de longueur, 5,50 m de largeur le tout sur 3,20 m de profondeur (d’où une surface de 730 m² de contenance) ; le tout pèse 900 tonnes
  • Il y a 4 portes levantes (deux pour le bac et une pour chaque bief)
  • Il fonctionne avec deux contrepoids guidés de 450 tonnes chacun lesquels sont raccordés par 14 câbles en acier de 27 mm de diamètre

Lors de la visite de la salle des machines, il nous est indiqué que les treuils sont entraînés par des moteurs électriques de 90 kw car ceux-ci doivent juste vaincre le frottement et l’inertie pour déplacer la charge.

Le trafic possible est de 39 péniches par jour (il faut environ 20 minutes entre l’entrée et la sortie du bateau dont 4 minutes de montée (ou de descente).

Nous procédons ensuite à une petite navigation sur le canal avant de « remonter  » le plan incliné.


Il est alors temps de prendre le pot de l’amitié généreusement offert par notre ami Jacques MURA lequel est chaleureusement remercié.


Jean-Louis et Georgette DURANTON

Henriette BALLARINI

Danièle SCHUNCK

Monique et Bernard BRUN

Jean HILDENBRAND et son épouse

Jacques MURA


Prochaine sortie

le jeudi 17 Mai 2018 : Wingen-sur-Moder et Meisenthal

  • Rendez-vous entre 9 h 30 et 9 h 45 à Wingen-sur-Moder devant le Musée Lalique.
  • à 10 h 00 : Visite guidée de l’exposition permanente puis visite de l’exposition temporaire
  • vers 11 h 30 : Fin de la visite, flânerie dans les lieux et départ vers le restaurant « Le Crista’lion  » situé à proximité
  • vers 12 h 00 : Déjeuner au restaurant Le Crista’lion
  • à 14 h 30 : Départ vers le Musée du verre et du Cristal à Meisenthal situé à environ 10 km
  • à 15 h 00 : Visite guidée et démonstration au Musée du Verre à Meisenthal
  • Après la visite qui durera environ 1 h 30 : flânerie dans les lieux…
  • Il sera alors temps de prendre le pot de l’amitié dans un lieu à proximité

 

Au plaisir de se retrouver ensemble pour passer quelques heures conviviales et aussi agréables que possible.

Jean-Louis DURANTON

 

Pour la bonne organisation de cette rencontre, merci de me retourner, pour le 8 Mai 2018, dernier délai, le coupon réponse ci-dessous accompagné d’un chèque à l’ordre de JL Duranton

 


Extras

Visitez la cathédrale en trois dimensions.