Les voyages à l'étranger

Chargé de mission voyages :

 

Jacques Baillet

30, rue de Ciron

81000  Albi

téléphone : 05 63 38 38 54

courriel : jacques.baillet0399@orange.fr

Chaque année, l'association organise un voyage à l'étranger.

Ces voyages de huit à quinze jours environ permettent de visiter les lieux les plus intéressants dans une ambiance amicale.

Ces voyages sont ouverts à tous.

RUSSIE (2016)

De Moscou à Saint Pétersbourg au fil des fleuves

Mardi 10 mai  : Paris-Moscou

Après de longs cheminements dans l'aérogare de Roissy, qui manque cruellement de sièges pour les voyageurs en attente, et de multiples contrôles, nous retrouvons ceux qui viennent d'un aéroport de province  : le groupe est alors au complet, nous embarquons et décollons à 16 heures. Le vol se passe sans incident jusqu'à Moscou. Ici, un unique contrôle, et nous récupérons nos bagages, puis sommes accueillis par Galina, qui sera avec Sergueï nos accompagnateurs. Nous arrivons enfin sur le bateau « Лев Толстой » (Liev Tolstoï), où un repas nous est servi  : il nous est difficile de ne pas faire la comparaison avec ce qu'Air-France nous a distribué dans l'avion ! D'ailleurs, durant toute la croisière, les repas seront excellents  ; aussi n'en parlerai-je plus. Par contre, dans le restaurant du bateau, les places à table sont fort exiguës.

Mercredi 11 mai  : Moscou

On nous réveille en musique à 7 heures, puis après le déjeuner, nous partons à 8 heures 30 pour une visite de Moscou  ; la Place Rouge bordée par la muraille du Kremlin, et en face par la célèbre cathédrale Basile-le-Bienheureux et le Goum.

St Basile

Nous repartons visiter la cathédrale du Christ-Sauveur et le monastère Novodiévitchy.

Nous mangeons dans un restaurant du centre, de quoi reprendre des forces pour visiter le Kremlin l'après-midi.

Après le souper, nous repartons à 21 heures pour la visite du métro, et de Moscou la nuit. Le métro de Moscou est le plus beau du monde, et ce titre n'est pas usurpé.

métro

Nous visitons les plus belles stations, puis ressortons près de la Place Rouge afin d'admirer les bâtiments moscovites illuminés la nuit  : c'est splendide.

place Rouge

Les rues sont très larges en général, mais la circulation y est intense, et lente aux heures de pointe, mais sans blocages. Ce qui est remarquable pour nous, c'est la propreté impeccable de la ville  : pas un détritus au sol dans les rues, aucun graffiti sur les murs des passages souterrains  ; est-ce l'éducation ou le risque d'amende  ?

Jeudi 12 mai  : Moscou  

Le matin, visite du musée Trétiakoff, où nous admirons de très belles icônes ainsi que des peintures.

Après le repas, notre bateau appareille à 14 heures 30 et emprunte le Canal de Moscou, qui relie la Moskova à la Volga. Vers 18 heures 30, nous franchissons la première écluse  ; il y en aura six. . Tout au long de notre croisière, nous longeons d’immenses forêts avec parfois des clairières laissant apparaître de magnifiques datchas.

canal de Moscou

Vendredi 13 mai  : Ouglitch

Notre bateau a franchi toutes les écluses du canal pendant la nuit, et navigue désormais sur la Volga, puis sur la retenue d'Ouglitch. Les berges sont toujours très propres. A tribord, nous croisons le clocher, seul rescapé, de l’église Saint- Nicolas-sur-Jabna de Kaliazine, qui fut noyée lors de la création du réservoir d’Ouglitch en 1941.

Matinée calme, où les amateurs suivent une conférence sur l'orthodoxie et une présentation de l'artisanat russe.

J'ai la réponse à ma question, fournie par notre accompagnatrice  : la propreté est due à l'éducation des jeunes, par les parents et les grands-parents.

Ouglitch

En début d'après-midi, nous abordons à Ouglitch, puis visitons cette jolie ville de province. C’est ici que le tsarévitch Dimitri (fils de l'empereur Ivan-le-terrible) mourut dans des circonstances troublantes. Nous visitons l’église de Saint-Dimitri-sur-le-Sang ainsi que la cathédrale de la Transfiguration avec une magnifique iconostase. Appareillage à 18 heures, suivi d'un cours de langue russe, puis d'une initiation à la chanson russe.

Samedi 14 mai  : Yaroslavl

Ce matin, le réveil est à 6 heures 30, car nous débarquons à 8 heures à Yaroslavl, grande ville riche en monuments fondée en 1010. Au début des troubles en 1598, Moscou étant occupée par les Polonais, la capitale du pays fut transférée ici.

Yaroslavl

Après une promenade dans un parc dominé par l’église du prophète Élie, nous nous rendons au monastère de la Transfiguration-du-Seigneur, puis un autocar nous mène à Rostov-le-Grand, où visiter son kremlin. Dans chaque ville ancienne existe un kremlin, qui est la forteresse de la ville.

De retour à Yaroslavl, nous regagnons le bateau qui appareille vers 13 heures 15. Nous croisons la ville de Toutaïev, qui conserve de l’âge d’or, au 18e siècle, des maisons en bois lui donnant un air de «  vieille Russie  ». Pendant l’invasion des Tatares, les habitants de Yaroslavl s’y réfugièrent. Nous remontons la Volga jusqu'à l'écluse de Rybinsk, où nous attend la statue de la « Mère Volga », et pénétrons dans la retenue de Rybinsk pour poursuivre notre navigation vers le nord.

Durant la traversée, les amateurs ont pu suivre un cours de cuisine russe, le deuxième cours de langue russe, une conférence sur l'histoire du pays, une dégustation de vodka, une évocation des contes et légendes russes, un récital de musique. On ne s'ennuie pas…

Dimanche 15 mai  : Goritsy

Après une collation dans la matinée, nous abordons à Goritsy sur la rivière Cheksna vers midi. Le temps est au beau fixe depuis le départ, et la température oscille autour de 20° (à l'ombre). Un autocar nous amène rapidement au monastère Saint-Cyrille-du-Lac-Blanc, situé dans une forteresse fondée au 14e siècle par le moine Cyrille (auteur de l'alphabet cyrillique — à moins que ce ne soit l'un de ses disciples).

De retour au bateau, celui-ci appareille à 15 heures, et aussitôt nous sommes conviés au goûter russe (thé et pirojki). Après l'initiation à la danse russe puis le souper, le casino ouvre ses portes  : on nous remet de vrais faux billets (gratuits) pour jouer. Mais les vrais casinos sont interdits en Russie.

Lundi 16 mai  : Kiji

Après une série de six écluses, dans le sens descendant (nous sommes sur le versant Baltique désormais), nous entrons sur le lac Onega (17 fois la superficie du Léman). Après la conférence sur l'histoire et le cours de langue russe, nous visitons la passerelle du navire.

Située au nord du lac, l'île de Kiji nous offre un musée de l’architecture et de la vie rurale de la Carélie, avec des constructions typiques en bois.

Kiji

C'est le point le plus septentrional de notre croisière  : ici les hivers sont très rigoureux (en moyenne -40°) et les lacs sont recouverts de 60 centimètres de glace.

Nous repartons à 20 heures pour retraverser le lac Onega vers le sud, puis emprunter la Svir en direction du lac Ladoga, vers l'ouest.

Mardi 17 mai  : Mandrogui

La navigation se poursuit sur la Svir, coupée de deux grands barrages, et nous faisons halte à 11 heures à Mandrogui, village à vocation touristique, pour repartir à 15 heures 30.

L'après-midi, une discussion libre sur la Russie d'aujourd'hui nous amène doucement au dîner du Commandant, au cours duquel le navire pénètre dans le lac Ladoga, le plus grand lac d'Europe.

La soirée s'achève par le concert des talents des passagers.

Mercredi 18 mai  : Saint-Pétersbourg

Après avoir traversé de nuit le sud du lac Ladoga, le navire s'engage vers 4 heures sur la Néva, son émissaire vers la mer Baltique. Le fleuve se jette dans le golfe de Finlande par un delta formant 42 îles, sur lesquelles est édifiée Saint-Pétersbourg. À cette époque de l'année, les nuits ne durent ici que quelques heures.

Un peu après 8 heures 30, notre navire aborde à Saint-Pétersbourg, terme de notre voyage fluvial.

résurrection

Commence alors la visite de cette superbe ville. L’autocar nous dépose en centre-ville afin de découvrir extérieurement l’église de la Résurrection-du-Christ et la cathédrale Saint-Isaac, et de visiter celle de Saint-Nicolas-des-Marins composée de deux églises superposées. Puis un bateau nous promène sur la Néva et les canaux, pour nous déposer enfin devant la forteresse Pierre-et-Paul et sa magnifique cathédrale, à la décoration peu orthodoxe d'ailleurs, où est ensevelie la famille des derniers empereurs de Russie.

Jeudi 19 mai  : Saint-Pétersbourg

palais Catherine

Nous partons vers 8 heures 15 pour visiter le palais Catherine le matin, puis le musée de l'Ermitage l'après-midi. Je manque de superlatifs pour qualifier ces deux endroits…

Ermitage

Le plus courageux partiront au milieu de la nuit pour admirer la levée des ponts illuminés  : chaque nuit, les ponts sur la Néva et quelques bras de celle-ci se lèvent pour laisser passer les gros navires.

Vendredi 20 mai  : Saint-Pétersbourg

Nous partons en hydroglisseur jusqu'à Petrodvorets, au bord de la mer Baltique. Cet ensemble, né de l’imagination de Pierre-le-Grand, se situe à 32 km à l’ouest de Saint-Pétersbourg, au bord de la mer Baltique. Encore un superbe palais, agrémenté de magnifiques fontaines et d’un parc d’environ 1000 ha. Toutes ces merveilles architecturales avaient été détruites par les nazis, et ont été restaurées et reconstruites à l'identique. Les Bolcheviks les avaient préservées et ouvertes au public, afin que celui-ci se rende compte de la manière somptueuse dont vivaient ses empereurs, alors que le peuple était miséreux.

Petrodvorets

L'après-midi, nous visitons le château de Pavlovsk, qui fut offert par Catherine II à son fils Paul en 1777 à l’occasion de la naissance de son premier petit-fils, Alexandre.

Après le souper, c'est la corvée des valises…

Samedi 21 mai  : le retour

Le matin, il pleut pour notre départ (la ville est en bord de mer), mais il fait 18°.

À l'aéroport, les formalités sont simples, et les sièges nombreux. L'avion d'Air-France va nous ramener à Roissy.

Le repas pris dans l'avion, fabriqué en Russie, est cette fois correct.

 

groupe

Notre groupe était composé de  : Gérard et Dominique Allaire, Jacques et Françoise Baillet, Guy et Marie-Thérèse Bertin, Jacques et Marie Castagnet, Gérard et Francine Devin, Jean-Claude et Éliane Giraudo, Claude Guérin, René Houdry, Francis et Michelle Morelon, Pierrette Pottier, Christian et Martine Touzard.

 

Un grand спасибо (merci) à Jacques Baillet pour l'organisation de ce voyage, au personnel du navire pour sa gentillesse et son dévouement, ainsi qu'à Galina et Sergueï, nos accompagnateurs, qui nous ont fait découvrir et aimer leur pays. Да свидания  !

 

Claude Guérin.

TURQUIE (2015)

De Constantinople à Éphèse

GÜNAYDIN (Bonjour)

Ste Sophie

Jeudi 28mai : Roissy-Istanbul

Dans la salle d’embarquement nous faisons connaissance : annoncé 26 participants, nous ne sommes plus que 23 (problème de santé et oubli de passeports). Après 3 heures de vol, sans encombre, nous débarquons à Istanbul pour nous «groupir» et faisons connaissance avec notre guide : Zeki ORHON. Arrivée à l’hôtel et vite au lit, il est 1H30.

Vendredi 29 mai : Istanbul

Après une nuit réparatrice, mais bien courte, nous débutons la visite de la ville par le quartier de Sultanahmet, partie sud de la ville européenne. Zeki nous conduit sur les restes de l’ancien hippodrome, construit comme un «stadium» par l’empereur romain Septime Sévère mais transformé par Constantin au début du IVème siècle en un hippodrome après l’arrivée du christianisme. Au milieu de cette esplanade trône l’obélisque de Théodose, provenant du temple de Karnak en Egypte, édifiée par Thoutmosis III au XVème siècle avant J.C. avant d’émigrer à Constantinople. Au passage nous côtoyons le service du cadastre !!! construit en 1881. Direction la basilique d’Ayasophia (Ste Sophie pour nous) construite par l’empereur Justinien entre 532 et 537, véritable merveille : tour à tour église, mosquée, puis transformée en musée par Atatürk en 1935. Cet édifice par l’énormité du bâtiment, la hauteur de la coupole, les minarets et les mausolées demeure une étape incontournable d’Istanbul. Au premier étage des mosaïques sont admirablement bien conservées. Petite halte dans un restaurant proche où nous débutons notre cure de poulet. Zeki nous a fourni des oreillettes et débute son exposé par : «Mes chers amis : géomètres et maîtresses c’est très important» est entendu par tous ! La visite du palais Topkapi (la porte du canon) s’en suit. Cet édifice construit par Mehmed II n’offre pas une vision très claire de la manière dont vivaient les sultans… le harem reflète mieux leur vie quotidienne. Au fur et à mesure de la visite, on découvre une profusion de joyaux et d’objets précieux, des manuscrits enluminés et enfin le clou de la visite : le Trésor. Nous dînons dans un restaurant proche de l’hôtel édifié dans une demeure du XVIIIème siècle.

Samedi 30 mai : Istanbul

Nous nous rendons à pieds à la mosquée de Soliman le magnifique, construite entre 1550 et 1557 par l’architecte Sinan sur ordre du sultan Soliman connu comme «Soliman le magnifique» tandis que les turcs l’appellent «Soliman le législateur», vu les lois qu’il a promulguées pour la prospérité de son peuple. Cette mosquée d’une très grande sobriété est surmontée d’un dôme principal de 25 mètres de diamètre. La décoration intérieure est très simple, le mihrab : petite niche d’où l’imam fait prier les participants, est en marbre blanc entièrement sculpté. Zeki nous dit : «Une mosquée de sultanat n’est jamais construite seule, elle est toujours accompagnée du mausolée du sultan qui l’a fait construire, puis une école à coté (medressé : université où étaient enseignées toutes les sciences), des magasins et le hammam qui permettaient à la fondation de la mosquée de payer : son propre entretien, ainsi que ceux de l’école, de l’hôpital et de la cuisine centrale». La visite suivante est : l’église de Saint Sauveur-in-Chora. Ce monument fut reconstruit par un ministre des finances de Byzance dont le nom est Théodore Methochite , détruit et reconstruit au moins 4-5 fois dans le passé à cause  des tremblements de terre. Les mosaïques couvrent la majeure partie de l’intérieur et dépeignent  la vie de Jésus et de sa mère Marie. Seule la crucifixion de Jésus n’est pas représentée, ce que nous allons voir dans les églises rupestres de la Cappadoce. Ces œuvres constituent de nos jours l’un des plus beaux ensembles de mosaïques byzantines au monde dont les artistes partiront en İtalie après la prise de la ville par les ottomans pour créer «l’art de la renaissance». Nous déjeunons dans un restaurant au bord de la Corne d’Or, servant autrefois de logements aux artisans travaillant dans les ateliers situés au bord de l’eau. Transfert en bus vers la mosquée Bleue. Cette mosquée fut édifiée entre 1609 et 1617 par un disciple de l’architecte Sinan. Elle est caractérisée par l’adjonction de 6 minarets et tire son nom de l’importance de tous les murs recouverts de milliers de carreaux aux tonalités dominantes bleues. La coupole repose sur quatre arcs, épaulés par quatre demi coupoles, soutenues par quatre piliers cannelés (pieds d’éléphant). Pour clôturer la journée, nous effectuons une tournée au Grand Bazar, plus grand marché couvert du monde, paradis du shopping et à l’atmosphère orientale. Pour ces deux lieux, il est recommandé aux agoraphobes de s’abstenir. Durant tout le séjour, je suis chargé d’assurer la voiture balai. Notre guide se faisant un devoir de compter ses sbires à tout moment.

Dimanche 31 mai : Istanbul-Kayseri-Cappadoce

Cheminement vers la partie asiatique de la Turquie par un vol intérieur en direction de Kayseri, capitale de la région, (ancienne Césarée, 1100m. d’altitude dont le volcan à 3700m. est un des créateurs de la Cappadoce). Petites frayeurs : oubli de passeports à l’hôtel et d’une valise dans la salle d’embarquement. Après 1h30 de vol nous prenons un bus (Mustapha sera notre chauffeur jusqu’à notre retour à Istanbul), qui nous conduit à Nevsehir. Au cours du déplacement nous avons le privilège d’emprunter une partie de la route de la soie avec ses caravansérails. Déjeuner rapide à l’hôtel et nous partons vers la vallée de Göreme où nous effectuons une halte pour visiter les restes de chapelles troglodytes, dont la magnifique église à la Boucle du Xème siècle couverte de fresques représentant l’évangile de Mathieu, ainsi que du musée en plein air. A quelques kilomètres nous admirons le rocher d’Uçhisar. Retour et dîner à l’hôtel.

Lundi 1 juin : La Cappadoce

Nous nous dirigeons vers Avanos pour une coopérative de tapis et certains d’entre nous font fonctionner la planche à billets !!! En cours de route, halte à Pisabaglari pour admirer les cheminées de fées. Après le repas nous visitons un village grec (spécialiste de la Renault R 12) à Ibrahimpasa. Nous retournons à Avanos pour une initiation à la poterie. Pierre se distingue dans la confection d’un cendrier sans fond ! Puis, petit détour par la vallée d’Amour pour admirer et comprendre la formation de la Cappadoce, qui parait être un bout de terre détaché d’un autre monde. Tout commença à l’ère tertiaire où trois volcans se mirent à cracher leur feu, recouvrant toute la région d’une épaisse couche de tuf, conglomérat de cendres et de lapilli. Plus tard, au début du quaternaire, le feu fit place à la lave, submergeant le tuf et formant une lave basaltique que le froid pétrifia pour la rendre aussi dure que le granit. Après le feu, la pluie et le vent entamèrent leur ouvrage. Ainsi naquirent les cheminées de fée creusant des failles dans le basalte jusqu’au lit du tuf, lequel s’érode lentement. La Cappadoce, c’est ça : des milliers de cônes que le soleil couchant colore d’autant de nuances ocre rose sur environ 10.000 km².

Cappadoce

Dans quelques milliers d’années, ce magnifique paysage, un des plus étonnants trésors de l’humanité, disparaitra car usé par les intempéries. Ces cônes sont creux et leurs entrailles cachent une seconde Byzance, excavée dans la roche et insoupçonnable de l’extérieur. Soirée folklorique dans un restaurant troglodyte où nous assistons à un spectacle de danses folkloriques.(Dominique et Jacques avec quelques cours supplémentaires pourront intégrer la troupe).

Mardi 2 juin : La Cappadoce

Les anormaux (12) sont de retour et entiers de leur superbe vol en montgolfière (Chantal nous a gratifié d’un superbe salto dans la nacelle). Après le petit déjeuner premier arrêt dans un atelier d’onyx, puis direction la vallée de Soganli (centre religieux) et véritable vallée des pigeonniers. Par un petit chemin escarpé nous atteignons le monastère de Karabas (église à la Tête Noire creusée entre les X et XIème siècles) occupé par des grecs jusqu’à la fin du XVIIIème siècle. Repas champêtre au fond de la vallée à Soganli servi par Monsieur le Maire de ce petit village. Nous nous rendons ensuite à Gaziemir pour parcourir, sous la pluie, une ville souterraine construite entre le V et le Xème siècle et pour terminer notre route vers la vallée d’Ihlara : colorado de la Cappadoce (100 mètres de dénivelé, 14 km de long et 400 marches pour y accéder). Le soir spectacle de derviches tourneurs (la signification suivra le lendemain).

Mercredi 3 juin : Nevsehir-Konya-Antalya

Longue route vers Antalya de 535 km au cours de laquelle Zeki nous documente sur la fondation de l’islam. Cette religion a été crée en 622 par le prophète Mahomet. Avant le repas qui sera pris dans un caravansérail d’été nous stoppons à Sultanhani (le plus grand de Turquie). Nous arrivons ensuite à Konya, capitale Seldjoukide à la fin du XIème siècle, pour visiter le musée et le mausolée où s’alignent les cénotaphes des disciples du maître et, au fond, ceux de Mevlâna (notre maître) et de son fils. Au XIIIème siècle Mevlâna fonde l’ordre soufi des mevlevis (derviches tourneurs). Les cérémonies des derviches commencent et s’achèvent par des passages chantés des poésies de Mevlana. Le feutre qui les coiffe représente leur pierre tombale, les danses (Sema) expriment le renoncement à la vie terrestre Nous reprenons la route, traversons l’impressionnante chaîne de montagnes du Taurus (alt. maximum de la route: 1825m.) et redescendons vers la côte méditerranéenne en longeant pendant de nombreux kilomètres le «Benidorm» de la côte turque. Antalya était dans l’antiquité le chef–lieu de la Pamphylie. Nous rejoignons notre hôtel en centre ville.

Jeudi 4 juin : Antalya

Nous découvrons une cité romaine d’Asie Mineure avec la ville antique de Perge. Les nombreuses boutiques et l’importance des édifices publics laissent supposer la grandeur de la ville ainsi que les infrastructures liées à l’eau (une tortue nous accompagne dans les thermes). Ensuite visite du théâtre d’Aspendos considéré comme l’édifice le mieux préservé au monde, situé au milieu d’un beau paysage de campagne. A partir de 16h30, relâche pour les 23 touristes : piscine, sieste réparatrice, visite de la vieille ville et du port.

Vendredi 5 juin : Antalya-Aphrodisias-Pamukkale

À la sortie de l’hôtel, Gégé, nous fait un superbe salto, voulait-il concurrencer Chantal ???

Durant le long trajet entre Antalya et Aphrodisias, notre guide nous propose une initiation à la langue turque. Après les explications sur la consonance des voyelles, un devoir sur table nous est imposé. Le major de la promotion, après de nombreuses réclamations est Pierre, avec une note de 2/6. Les notes des autres élèves ne peuvent être révélées. Gérard Le Grand ayant remis sa copie après le gong final est disqualifié. Nous arrivons à la cité romaine d’Aphrodisias. L’acheminement vers le site s’effectue par un tracteur remorquant une sorte de plate-forme, comme pour les vendanges. Suite à une opposition dans la gestion de l’accès au site, la mairie ne voulant pas assurer l’entretien de la route a tout simplement fermé cette entrée aux bus. Au cœur d’un paysage magnifique, Aphrodisias fut un lieu de culte à la déesse mésopotamienne Aphrodite, connue comme déesse de l’amour et de la beauté, mais considérée en Orient comme déesse de fertilité et d’abondance. La visite débute par le tétrapylon, porte monumentale à quatre entrées qui sera le fond de plans de notre photo de groupe, puis le stade, le temple d’Aphrodite, le palais épiscopal, les agoras nord et sud, les termes d’Hadrien, le théâtre et finalement le musée. Au cours du parcours, Jacqueline et Jean-Claude se livrent à un concours de photos de la plus belle prise de vue de cigognes ; Gégé s’avère le meilleur photographe : trois cigognes dans un nid !!! Les estomacs crient famine, nous déjeunons dans une auberge de campagne. Nous reprenons la route vers Pamukkale en nous arrêtant au site d’Hierapolis, immense nécropole avec un très beau théâtre. Un peu plus haut nous apercevons l’emplacement où Saint Philippe fut inhumé. Nous terminons cette journée par la découverte de Pamukkale, le «château de coton» : immenses vasques formées par des sources d’eau chaude chargée de particules calcaires où les Romains y établirent une cité thermale. Puis arrivée à «l’usine» de la nuit, envahie par une multitude d’Asiatiques.

Samedi 6 juin : Pamukkale-Ephèse-Kusadasi

Anniversaire du débarquement en Normandie, Jacqueline arbore un magnifique tee-shirt évoquant cette date historique. Départ de Pamukkale vers Ephèse, splendide ville sainte d’Artemis, déesse de la cité. Cybèle est à l’origine du culte de l’Artémis éphésienne, dont les multiples seins (à moins qu’il ne s’agisse d’œufs ou de testicules ?), symbolisent la vie et la fécondité de la terre. Ephèse est l’une des plus importantes cités ioniennes d’Asie Mineure et troisième port du monde antique (après Rome et Alexandrie). Nous parcourons l’ensemble du site d’ouest en est. Tour à tour, après un arrêt au théâtre nous remontons la voie de marbre pour admirer la bibliothèque de Celsius sous une chaleur des tropiques.

bibliothèque de Celsius

Puis par la rue des Courètes (les sœurs du temple chargées de l’administration du culte). Notre guide procède à une démonstration des latrines, puis visite du temple d’Hadrien, de la fontaine de Trajan et de l’Odéon. Déjeuner dans un restaurant champêtre (dénommé Sakli-Vadi ou vallée cachée) pour une dégustation de petites brochettes de bœuf agrémentées d’un morceau de gras de queue de mouton !!! Après le repas nous prenons la direction de Meryemana (maison de la Vierge) sur le Mont Rossignol où elle aurait fini ses jours. Une minuscule chapelle byzantine s’élève sur les fondations présumées de la dite maison. Le lieu est fréquenté par des milliers de fidèles (dont une importante population musulmane). Aux dires de Zeki des miracles se produisent en ce lieu…Nous redescendons vers Selçuk pour la mosquée d’Isa (Jésus) Bay très fréquentée lors de la prière du vendredi (20 fidèles !). Arrivons à notre hôtel de Kusadasi où certains profitent de la mer.

Dimanche 7 juin : Kusadasi-Izmir

Après avoir visité le musée de Selçuk, absolument admirable par sa sobriété et la présence des célèbres statues d’Artemis, célèbre par son opulente poitrine de 40 seins. Nous nous rendons à une fabrique de vêtements de cuir où quelques cartes bleues blanchissent. Ce fut un grand moment avec le défilé de mannequins dont Gérard le Grand et Dominique faisaient partie. En cours de route nous traversons une ligne de chemin de fer. Si un train se présente à un passage à niveau, les barrières ne se baissent pas, elles sont seulement «décoratives». Après un déjeuner typique (aubergines farcies à la viande hachée) dans le restaurant montagnard de la veille, nous nous rendons au village de Sirince. Village aux maisons caractéristiques, de rues pentues et bondées de monde (impression de souks méditerranéens) pour un arrêt au sommet, dans une cave où Zeki nous avait promis une dégustation de vins. Hélas, jour d’élections générales, la vente d’alcool est interdite. Nous terminons la journée par la ville d’Izmir, anciennement Smyrne, où Mustapha réalise des prouesses pour nous conduire au sommet de la cité, à Kadifekale, afin de profiter d’un point de vue impressionnant sur cette grande ville (3.000.000 d’habitants) et le golfe, puis descente vers notre hôtel.

Lundi 8 juin : Izmir-Pergame-Bandirma

Seul le site de Pergame offre un intérêt culturel et historique. Par un téléphérique situé au nord de la ville nous nous rendons à l’Acropole. Du haut de cette colline nous découvrons l’ensemble de la région avec une importante retenue d’eau avec des bassins d’élevage de truites. L’Acropole est constituée de murailles défensives et de différents temples (Trajan, Dionysos), d’une bibliothèque, d’un hôtel édifié à Zeus et de thermes romains. Le plus étonnant reste le théâtre construit par les grecs à flanc de colline. Notre guide nous explique la différence entre un théâtre romain et grec. Le théâtre grec ne possède pas de bâtiment de scène. En descendant et avant notre repas à l’auberge, nous dégustons de délicieux böreks. Nous effectuons une pause au marché aux légumes. Les prix nous laissent pantois. Marie Odile en profite pour acheter des fraises qu’elle partage dans le car. Après le déjeuner nous nous rendons à l’Asclepeion : ancien centre hospitalier (Asclépios était le dieu guérisseur pour les Grecs). Nous parvenons sur le site par une voie commerçante et ombragée pour finir par une rangée de colonnes. Au centre, trône la base d’une colonne sculptée de serpents (le caducée emblème des médecins). Ce site était aussi un centre d’enseignement de la pharmacie et de la médecine. Au nord est érigé un théâtre romain où étaient enseignés les cours. Retour au bus, puis route vers Bandirma où nous passerons la nuit dans un hôtel face à la gare maritime.

Mardi 9 juin : Bandirma-Bursa-Istanbul

Trajet fastidieux entre Bandirma et Bursa, où le paysage offre essentiellement des batteries d’élevage de poulets : les pauvres ! Avant de finir dans nos assiettes, ils ne verront pas le jour. Zeki profite du calme (tout relatif) du bus pour aborder les sujets sur l’Arménie, les Kurdes et Chypre. Après toutes ces explications nous parvenons à Bursa, première capitale de l’Empire ottoman. Ville verte et aérée avec de grands parcs. Les deux sites remarquables sont la mosquée Verte et le mausolée Vert. La mosquée par son architecture en T inversé est caractéristique du début de l’ère ottomane. Le mausolée abrite la sépulture du sultan Mehmet Ier et de ses trois fils. En nous transportant à Samarcande (Ouzbékistan) ces deux édifices sont d’inspiration asiatique, salle de prière garnie de carreaux de faïence émaillée d’un vert bleuté. Nous nous dirigeons vers un immense parc pour y déjeuner, et pouvons enfin goûter la fameuse moutarde artisanale tant vantée par notre guide et définie «comme moutarde qui fait pleurer». Après une bonne heure de route nous embarquons sur un ferry-boat pour regagner la rive européenne. Le retour jusqu’à Istanbul est un véritable calvaire : 40 km en 4 heures. A peine avons nous eu le temps de nous arrêter pour satisfaire un besoin naturel. Dîner et nuit au même hôtel que les premiers jours.

Mercredi 10 juin : Istanbul

Matinée de shopping pour ces dames qui font la provision d’épices pour l’année au bazar égyptien. Nous embarquons sur un bateau privatisé depuis la Corne d’Or pour la remontée du Bosphore jusqu’à la mer Noire. Les rives du Bosphore sont le lieu de résidence des riches stambouliotes ou d’étrangers (pour investisseur prévoir un budget de cinquante millions de dollars) et de magnifiques palais dont celui de Dolmabahçe, construit par le sultan Abdûlmecit en 1860 (dernière résidence d’Atatürk, premier Président de la République, totalement vénéré par les turcs où il décèdera le 10/11/1938). Nous déjeunons dans un restaurant au bord du Bosphore et dégustons de délicieux calamars, moules et dorades. Nous retournons en bus au centre ville où notre chauffeur préféré nous dépose à la place Taksim et empruntons la rue Istiklal (indépendance), artère principale piétonne, de 2 km environ, extrêmement fréquentée, où nous visitons deux églises : l’une orthodoxe, l’autre catholique et passons devant le lycée Galatasaray, fondé en 1868 pour former l’élite de l’Empire aux idées françaises, d’où est diplômé notre guide. Arrivée au lieu dit Tunnel point de départ du funiculaire (construit à la fin du XIXème siècle) pour descendre vers le pont Galata. Retour à l’hôtel en bus afin de boucler les valises !!! Dîner dans le même restaurant du XVIIIème siècle que le deuxième jour. Jacques remercie Zeki pour son amabilité, sa disponibilité et ses compétences. Ce dernier lui offre un parchemin signé par tous «les esclaves de Jacus» avec leurs remerciements.

Jeudi 11 juin : Istanbul-Paris

Petit déjeuner pris et embarquement des valises dans le bus. Nous nous rendons à l’université de Galatasaray où nous sommes reçus par Julien, professeur français enseignant le droit. Il nous explique le recrutement et le fonctionnement de cette célèbre université. Les cours sont dispensés majoritairement en français dans un cadre idyllique au bord du Bosphore. Dernier déjeuner au terminus de la gare de l’Orient Express, puis direction l’aéroport où pendant le trajet René fait un malaise…inquiétude des esclaves, mais il retrouve, dans l’avion, toutes ses facultés. Arrivés à Roissy, nous nous séparons en pensant au prochain voyage….

 

P.S : Un grand merci à Jacques pour l’organisation de ce magnifique et sympathique voyage qui nous a permis de découvrir un maximum de sites intéressants et très variés

 

Denis HUET avec l’aimable participation de Zeki ORHON et Jacques BAILLET

groupe

Ont participé à ce voyage :

Gérard et Dominique Allaire, Jacques et Françoise Baillet, Françoise Bongibault, Maryvonne Cocheril, Pierre et Lydie Couet, René Houdry, Denis et Chantal Huet, Marie-Odile Lebœuf, Marie-Louise Leloup, Geneviève Marouby, Georges Massonnet, François et Monique Morin, Gérard et Jacqueline Narcés, Jean-Claude Noël et Dominique Beaudoin, et Yvon et Eliane Roy.


ÉCOSSE (2014)

 

Ecosse1 Ecosse2

L'Écosse présente des paysages d'une beauté sauvage sans équivalent dans tout le Royaume-Uni.

Les montagnes et les lochs rivalisent de splendeur, tout comme le littoral varié et parsemé d'îles.

1er jour / Mardi 10 Juin : PARIS - GLASGOW

Accueil à l'aéroport de PARIS-CHARLES DE GAULLE. Envol à destination de GLASGOW sur vol régulier, accueil par le correspondant francophone et transfert à l'hôtel. Installation pour 2 nuits .

2ème jour : Mercredi 11 Juin : GLASGOW / STIRLING / CULCROSS / GLASGOW

Petit déjeuner écossais. Départ à la découverte de GLASGOW. Tour d'orientation de la cité traversée par la rivière Clyde, comptant 630 000 habitants, qui fut une ville marchande dès le 12ème siècle. Son agglomération draine à présent près de la moitié de la population écossaise. Après la reconversion industrielle des années 1970, elle est devenue la ville la plus «branchée» d'Ecosse, élue Ville Européenne d'Architecture et de Design.

Ecosse3 Ecosse4 Ecosse5 Ecosse6

Le centre-ville est un quadrillage rigoureux de rues sur la rive nord de la Clyde, concentrant les principaux quartiers commerçants et attirant boutiques et centres commerciaux haut de gamme : Sauchiehall Street, Buchanan Street, Argyle Street figurent parmi les zones les plus animées. Au cœur de la ville, se trouve George Square, superbe réalisation de style victorien, bordée par Merchant House (Chambre de Commerce) et les City Chambers. Le Royal Exchange, le plus beau manoir de Glasgow (fin du 17ème siècle) abrite à présent la Gallery of Modern Art. Dans le quartier de Cathedral Square, visite de la Cathédrale Saint Mungo (12ème siècle), seul exemple d'Ecosse ayant échappé à la destruction de la Réforme, en adoptant le culte protestant. Une forêt de piliers y soutiennent une voûte à nervures délicatement sculptées.

Déjeuner au restaurant, puis route vers la petite ville de STIRLING, ancienne capitale du royaume d'Écosse, dont le pont sur le Forth fut l'enjeu d'une bataille qui opposa les Écossais de William Walace aux Anglais, en 1297. Visite du célèbre château de STIRLING, l'un des plus importants d'Écosse, est même d'Europe : perché sur un pic imprenable, il est entouré par des falaises sur ses trois côtés, dans un site magnifique. Promenade dans la vieille ville médiévale aux ruelles tortueuses, suivant les pentes de la colline. Au sommet d'une colline, se dresse le Wallace Monument : haut de 67 m, il commémore la victoire de l'écossais William Wallace sur les Anglais, en 1297.

Continuation vers l'estuaire du Forth et la petite cité de CULROSS : arrêt dans ce charmant décor de maisons des 16ème et 17ème s. bordant des ruelles dotées de pavés ou de galets. Promenade dans cet ancien bourg royal dominé par les ruines d'une abbaye cistercienne, en passant par le Palais (16ème / 17ème s.), le Sandhaven, le Town House à la forte influence flamande, le Study, l'ancienne capitainerie …

Retour à GLASGOW, avec un arrêt en route à la fameuse «Roue de Falkirk», impressionnant et ingénieux ascenseur à bateaux rotatif, reliant le canal du Forth & Clyde au canal de l'Union.

3ème jour / Jeudi 12 Juin : SAINT ANDREWS / PITLOCHRY / AVIEMORE

Petit déjeuner écossais. Départ vers SAINT ANDREWS et arrêt dans cette ville, capitale mondiale du golf, au bord de la Mer du Nord. Promenade dans la cité réputée surtout pour l'atmosphère agréable de sa vieille ville, avec ses rues médiévales et Belle Époque, étirée entre deux plages et animée par des étudiants venus du monde entier suivre les cours d'une université vieille de 6 siècles.

Ecosse7 Ecosse8

Visite des vestiges imposants de la cathédrale et du château, surplombant les plages et la mer.

Déjeuner, puis route vers les Highlands et arrêt-photo à PITLOCHRY, petite ville réputée de la bucolique vallée du Tummel, dans le nord du Perthshire, région aux routes sinueuses ponctuées de lochs et de nombreux forts et châteaux de toutes tailles.

Visite d'une distillerie de whisky de la région, avec dégustation. Continuation vers le Highlands et la région de NEWTONMORE - AVIEMORE.

4ème jour / Vendredi 13 Juin : NEWTONMORE - AVIEMORE / INVERNESS / ILE DE SKYE

Petit déjeuner écossais. Départ en direction d'INVERNESS, petite capitale régionale dominée par son château de grès rouge : visite du Scottish Kiltmaker Visitor Centre à Highland House of Fraser, le temple de la fabrication des kilts des Highlands.

Déjeuner au restaurant,puis route vers le très célèbre Loch Ness. Les mythes et légendes du Loch Ness sont extrêmement célèbres grâce à son monstre «Nessie»Embarquement pour une mini-croisière sur le Loch Ness, long de 37 km et profond de 230 m, pour une arrivée au pied des ruines du château d'Urquhart qui s'élève sur un promontoire rocheux sur le rivage nord du Loch. Visite du château datant du XIIème siècle mais dont certaines fortifications mettent en évidence l'existence d'un site néolithique de 4000 av. J-C. Continuation le long des rivages du Canal Calédonien qui relie INVERNESS à FORT WILLIAMS via FORT AUGUSTUS : chef d'œuvre d'ingénierie civile, il fut construit entre 1803 et 1822 pour relier la Mer du Nord à l'Océan Atlantique. Il fallut aménager 29 écluses pour harmoniser le niveau des lacs. Continuation vers la romantique île de Skye. Avant de traverser le pont qui relie Kyle of Lochalsh à Kyleakin, arrêt photo au château d'Ellean Donan, probablement le château le plus connu d'Écosse puisqu'il servit de toile de fond à de nombreux films. Arrêt à KYLE OF LOCHALSH, localité commandant l'accès au pont la reliant à l'île de Skye.

Ecosse9 Ecosse10 Ecosse11

5ème jour / Samedi 14 Juin : ILE DE SKYE / TRAIN À VAPEUR «JACOBITE» / FORT WILLIAM

Petit déjeuner écossais, puis découverte de «l'île des Brumes». Cette île a une histoire géologique mouvementée qui lui a donné des paysages aussi spectaculaires que variés, un littoral découpé, des prairies où dominent moutons et bovins. Passage par Portree, la capitale de l'île. L'île de Skye a de tout temps généré maintes légendes. Son aura énigmatique provient de l'époque des Vikings et des Celtes. Ses célèbres variations climatiques ne sont pas étrangères à l'engouement des touristes pour cet endroit. Route vers ARDVASAR et découverte d'Armadale, hameau tout en longueur qui accueille les ferries. Traversée en ferry à destination de Mallaig, très petit port de pêche dans un cadre d'une grande beauté.

Déjeuner au restaurant, puis embarquement à bord du pittoresque train à vapeur Jacobite, rendu célèbre par la saga d'Harry Potter, pour un beau parcours de MALLAIG à FORT WILLIAM, en passant par l""étonnant viaduc de Glenfinnan. Arrivée dans la petite ville de FORT WILLIAM, dominée par le sommet du Ben Nevis (1344 m), point culminant d'Écosse : on y trouve les écluses de Neptune qui font partie du canal Calédonien.

6ème jour / Dimanche 15 Juin : FORT WILLIAM / INVERARAY / JARDINS DE CRARAE / LOCH LOMOND / GLASGOW

Petit déjeuner écossais. Départ pour le décor impressionnant de la vallée de Glencoe, dominée par les falaises à pic et la crête escarpée de l'Aonach Eagach, lieu d'un tragique massacre du clan des Mac Donald par les Anglais en 1692. Arrivée au Loch Awe, l'un des plus longs d'Écosse, pour un arrêt-photo aux vestiges du château de Kilchurn, dont les ruines paraissent minuscules au pied du Ben Cruachan, au fond d'une vallée glaciaire. Continuation par INVERARAY dont toutes les maisons sont blanchies à la chaux. Son église paroissiale occupe un emplacement privilégié dans l'axe de la rue principale bordée de jolies maisons blanches. Aperçu du célèbre château d'Inveraray, dominant le Loch Fyne.

Ecosse12 Ecosse13 Ecosse14

Descente le long du Loch vers les Jardins de Crarae : visite de ces jardins exotiques figurant parmi les plus beaux du pays, créés en 1920 par Lady Grace Campbell. Route le long du Loch Lomond, la vue portant jusqu'aux montagnes du Parc des Trossachs couvertes de forêts. Arrêt dans le charmant village de LUSS, au bord du loch, et continuation vers GLASGOW.

7ème jour / Lundi 16 Juin : ÎLE D'ARRAN

Petit déjeuner écossais. Route en direction d'ARDROSSAN et embarquement à travers le Firth of Clyde pour l'île d'ARRAN. Débarquement dans la ville de BRODICK et départ immédiat pour le Nord de l'île, partie montagneuse du Highland Boundary Fault.

Déjeuner au restaurant. Arrêt-photo pour une vue sur le château de Lochranza. Continuation par la très belle route côtière vers BLACKWATERFOOT, où le roi Robert Bruce se serait caché des Anglais au 14ème siècle, au fond d'une grotte. Traversée de l'île par la fameuse « String Road » pour revenir à BRODICK : visite du château du 13ème s., ancienne forteresse Viking, puis fief des ducs d'Arran, agrandi par Cromwell au 17ème s. L'intérieur du château est tout simplement superbe avec des tableaux rares, du mobilier et des objets plus précieux les uns que les autres. Promenade dans les jardins traditionnels, datant de 1710. Après la visite, retour en ferry vers le «continent» et route vers GLASGOW.

Ecosse15 Ecosse16

8ème jour / Mardi 17 Juin : EDIMBOURG

Petit déjeuner écossais. Journée dédiée à la visite guidée d'EDIMBOURG en écossais Edinburgh). Tour panoramique de la ville ancienne et de la nouvelle ville géorgienne inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO : la cathédrale Saint Gilles, Parliament Hall, le Palais de Holyrood, résidence de la reine, puis Charlotte Square et Saint Andrew Square, le Royal Mile… Puis, visite de l'une des plus célèbres attractions de la ville, le château d'EDIMBOURG, où les joyaux de la couronne écossaise sont conservés. Il fut la résidence de bon nombre de rois, parmi lesquels Marie Reine d'Écosse et le roi Jacques 1er d'Angleterre, son fils. Le château d'Edimbourg et le Palais d'Holyrood sont situés à chaque extrémité de la rue appelée Royal Mile.

- Déjeuner au restaurant. Visite du National Museum of Scotland, qui regroupe le Royal Museum of Scotland, splendide édifice victorien achevé en 1888, et le Museum of Scotland à l'architecture contemporaine, ouvert en 1998. L'extérieur, d'inspiration vénitienne de la Renaissance, contraste fortement avec le hall principal inondé de lumière : le Crystal Palace. Au départ, une grande partie de ses collections sont venues du musée de l'université d'Edimbourg ; il existe même un pont reliant le musée aux vieux bâtiments de l'université. Le musée présente des pièces provenant du monde entier. Une des attractions les plus célèbres est la brebis Dolly, le premier clone réussi d'un mammifère à partir d'une cellule adulte. Les autres vitrines d'intérêt du musée concernent l'histoire de l'Égypte antique, un des costumes extravagants d'Elton John, un squelette suspendu de baleine et l'horloge du millénium …

Retour à GLASGOW. Dîner-soirée traditionnelle écossaise avec joueur de cornemuse et danses : une occasion de déguster le plat national, le «haggis».

Ecosse17

9ème jour / Mercredi 18 Juin : GLASGOW - PARIS

Petit déjeuner écossais. Départ pour un tour panoramique dans l'élégant quartier résidentiel de GLASGOW, le West End, siège d'une prestigieuse université et de riches musées d'art. Le grand parc de Kelvingrove y est un endroit très prisé, traversé par la rivière Kelvin. Arrêt pour la découverte des Jardins Botaniques, offrant sur près de 20 ha, pelouses, massifs floraux et serres. Sa fierté est le Kibble Palace, une des plus vastes serres victoriennes de Grande Bretagne, abritant des espèces florales du monde entier, et notamment une collection de fougères arborescentes étonnante.

Ecosse18

Transfert vers l'Aéroport de GLASGOW. Envol à destination de PARIS sur vol régulier.


GRÈCE (2013)

tour

1er jour / Mercredi 22 Mai : PARIS - ATHÈNES / MYCÈNES / NAUPLIE

MycènesAccueil à l'Aéroport de PARIS CHARLES DE GAULLE. Envol à destination d'ATHÈNES. Arrivée à l'Aéroport d'ATHÈNES.

Départ en direction de CORINTHE et de la péninsule du Péloponnèse. Arrêt à MYCÈNES, pour la visite de son palais fortifié, vestige de la civilisation mycénienne qui s'épanouit du 18ème au 12ème s. avant J-C., l'aristocratie habitant le palais sur la colline, les artisans et commerçants vivant hors des murs de l'enceinte réputée infranchissable : la Porte des Lions, le Cercle Royal, l'enceinte cyclopéenne, le palais royal, l'escalier secret menant à la citerne, le trésor d'Atrée.

Continuation vers NAUPLIE : découverte de ce port du golfe Argolique considéré comme l'une des villes les plus séduisantes de Grèce. Dominée par le fort Palamède aux sept bastions, elle dut soutenir plusieurs sièges dans les luttes qui opposèrent Venise et les Ottomans, pour le contrôle des ports du Péloponnèse. De 1829 à 1834, NAUPLIE devint la première capitale de la Grèce libérée. La cathédrale Agios Georgios était à l'origine une mosquée de la première occupation ottomane. De la seconde occupation subsistent des fontaines, proches de la place Syntagmatos, cœur de la ville.

Installation à l'hôtel, dans la région de NAUPLIE. Dîner et nuit.

2ème jour / Jeudi 23 Mai : NAUPLIE / L'ARGOLIDE : ÉPIDAURE - CORINTHE / LE PIRÉE / PAROS

EpidaureDépart vers ÉPIDAURE pour la visite de son extraordinaire théâtre de 4000 places, à l'acoustique exceptionnelle, ainsi que son temple d'Asclépios, dieu de la médecine.

Continuation par une belle route panoramique dominant la mer du golfe Saronique, en direction de CORINTHE. Arrêt sur les bords du Canal de Corinthe, achevé en 1893, long de 6 km et large de 23 m, le trafic y demeure important. Route vers LOUTRAKI, agréable station balnéaire des bords du golfe de Corinthe.

Déjeuner au restaurant. Départ dans l'après-midi en direction du port du Pirée, l'un des grands pôles de Méditerranée, desservant Athènes depuis l'Antiquité. La gare de Kentriko Limani est le témoin du ballet incessant des nombreux ferries. Embarquement pour une traversée de la Mer Égée, à destination de l'île de PAROS, dans l'archipel des Cyclades.

Accueil au port de Parikia et transfert à l'hôtel. Installation à l'hôtel pour 4 nuits. Dîner et logement.

3ème JOUR / Vendredi 24Mai : TOUR DE L'ÎLE DE PAROS

ParikiaPetit déjeuner. Journée consacrée à la visite de l'île de PAROS : troisième île en taille de l'archipel des Cyclades, elle doit sa célébrité à la qualité de son marbre blanc qui servit, entre autres, à la sculpture des plus grands chefs-d'œuvre, comme la «Vénus de Milo». Grâce à sa position centrale, Paros est la plaque tournante des Cyclades. Elle se distingue des autres îles des Cyclades par la douceur de ses paysages. Les collines descendent en pente douce jusqu'à la mer et s'ouvrent, sur trois côtés de l'île, sur de vastes plaines abondantes en sources. Parikia et ses petites ruelles aux maisons blanchies à la chaux, les carrières de marbre de Marathi, les villages de Naoussa, Aliki, Lefkès, restés authentiques, aux maisons blanchies à la chaux avec leurs escaliers de pierre posés le long des ruelles étroites, ses pittoresques ports de pêche, ses monastères dispersés dans l'arrière-pays, ses plages de sable doré, ses nombreuses criques disséminées le long du littoral, en font l'une des îles les plus sympathiques de toute la Grèce.

Déjeuner de spécialités locales dans une taverne, en cours de visite. Retour à l'hôtel. Dîner et logement à l'hôtel

4ème JOUR / Samedi 25 Mai : L'ÎLE DE NAXOS

NaxosPetit déjeuner. Embarquement dans la matinée à bord d'un caïque ou d'un ferry vers NAXOS pour la découverte de l'île de Dyonisos, selon la mythologie grecque. Elle est la plus grande île des Cyclades et aussi la plus fertile, aux paysages très variés. Découverte de Chora, la capitale, comptant parmi les plus belles villes des Cyclades et dont le centre est bâti en amphithéâtre sur une colline. En arrivant au port, on peut voir le gigantesque portail de marbre de la « Portara », d'un temple archaïque consacré à Apollon. Montée à la forteresse vénitienne et arrêt au musée archéologique. Déjeuner en cours de visite.

Départ vers le centre de l'île jusqu'au curieux petit village de Chalki où se dressent plusieurs tours dans lesquelles se réfugiaient les habitants lors des attaques de pirates. Continuation pour la visite de l'église paléochrétienne de Panaghia Drosiani (6e s).

Temps libre sur la côte pour la baignade. Retour à PAROS en fin d'après-midi. Dîner et logement à l'hôtel.

5ème jour / Dimanche 26 mai : ÎLE DE DELOS & ÎLE DE MYKONOS

DelosPetit déjeuner. Départ dans la matinée en caïque ou en ferry pour l'île de DELOS, site archéologique unique, riche d'un passé de 3000 ans. Elle fut pendant un millénaire, le centre civil et religieux de la mer Égée. Gloire des Cyclades, la petite île de Delos est l'un des sanctuaires les plus prestigieux du monde antique. Malgré ses dimensions réduites (5 km sur 3), elle joua un rôle religieux et commercial considérable dans l'Antiquité, lorsque son sanctuaire, dédié à Apollon, drainait pèlerins et richesses. Visite du site : le sanctuaire avec l'Avenue des Processions, les Propylées, la Maison et le Portique des Naxiens, le Téménos d'Apollon, le Téménos d'Artémis et le Portique d'Antigone Gonatas. Le quartier des Lions avec la célèbre Terrasse des Lions, le Mont Cynthe, le quartier du Théâtre…

MykonosContinuation vers l'île de MYKONOS, endroit très apprécié de la «jet-set». Déjeuner dans une taverne. Promenade libre dans le charmant port très animé de Mykonos, ses pittoresques moulins à vent, ses ruelles aux nombreuses boutiques, bordées de maisons blanchies à la chaux, ses églises et chapelles, le quartier de la «petite Venise» … Dans le quartier du Kastro, sur une colline que les Vénitiens avaient fortifiée, et dont il reste quelques vestiges de remparts, découverte de l'église Panaghia Paraportiani : c'est la plus importante des 400 églises et chapelles disséminées à travers l'île. Son architecture allie des éléments populaires byzantins et occidentaux. Elle a été édifiée au 17ème ou 18ème siècle par un artisan anonyme. Ses formes arrondies et douces, surmontées d'un clocher et d'une coupole entièrement chaulés, se dressent face à la mer.

Retour à PAROS en fin d'après-midi. Dîner et logement à l'hôtel.

6ème JOUR / Lundi 27 Mai : ÎLE DE PAROS / ÎLE DE SANTORIN

SantorinPetit déjeuner. Embarquement dans la matinée à destination de l'île de SANTORIN avec déjeuner à bord. Cette île volcanique, la plus originale et la plus mystérieuse de la mer Egée, véritable perle des Cyclades, est particulièrement impressionnante par le contraste des couleurs avec ses nombreux villages blancs suspendus au sommet des falaises de roches sombres. En arrivant au pied de l'ancien cratère du volcan de Santorin, on découvre les constructions de Thira (Fyra), la capitale de l'île, s'étirant comme un collier de perles au bord du cratère. Débarquement au port d'Athinios et départ en autocar pour le village médiéval de Pyrgos, puis, surplombant la falaise vertigineuse du volcan, le ravissant village d'Oia.

Installation pour 2 nuits à l'hôtel à SANTORIN. Dîner et nuit à l'hôtel.

7ème JOUR / Mardi 28 Mai : ÎLE DE SANTORIN / CROISIÈRE VERS LES ÎLES VOLCANIQUES DE KAIMENES

KaimenesPetit déjeuner. Départ pour la matinée de promenade en mer autour des îles volcaniques de Nea Kameni et Paléa Kameni, dans la «caldera» de SANTORIN, dans un site naturel classé : c'est la plus récente terre volcanique en Méditerranée orientale, dans un paysage qui semble surgi d'un autre monde…. Le cratère de Nea Kameni a été créé en Août 1940 par une libération brutale de vapeur et ses bords dégagent des fumerolles de gaz à des températures variant de 75 à 95°. Le point le plus élevé de Nea Kameni est le dôme Georgios, à 127 m d'altitude, créé par l'éruption de 1866-1870.

Retour à SANTORIN en fin de matinée. Remontée en téléphérique jusqu'à Thira (Fyra). Déjeuner dans une taverne de Thira (Fyra).

Après-midi libre à Thira, charmante petite capitale de l'île, et retour libre à l'hôtel en autobus de ligne régulière. Dîner et nuit à l'hôtel.

8ème JOUR /Mercredi 29 Mai : ÎLE DE SANTORIN - ATHÈNES / LE CAP SOUNION

AcropolePetit déjeuner. Transfert vers l'aéroport de SANTORIN et envol à destination d'ATHÈNES. Arrivée à l'aéroport d'ATHÈNES et départ en autocar pour un tour panoramique de la capitale grecque : la place Omonia, la Bibliothèque Nationale, l'Université, l'Académie, la place Syntagma, le monument au Soldat Inconnu et le Parlement, l'Avenue Vassilis Sofias, le Palais Présidentiel et le stade Pierre de Coubertin, le Kerameikos (Céramique)… Visite de l'Acropole, colline blanche abritant les vestiges les plus célèbres au monde : le Parthénon, l'Erechtéion, les Propylées et le temple d'Athéna Niki… Visite du nouveau Musée de l'Acropole, inauguré en 2009. Déjeuner en cours d'excursion.

Départ en autocar le long de la Côte d'Apollon bordant l'Attique en passant par la station chic de VOULIAGMENI, la baie de Varkiza, le charmant petit port d'Anavysos, jusqu'au CAP SOUNION : arrêt au Temple de Poséidon (444 av. JC) dominant une falaise, dont les imposantes colonnes doriques de marbre blanc servent de repères aux marins depuis des siècles.

Retour vers le centre d'ATHÈNES. Installation à l'hôtel. Dîner et logement.

9ème JOUR / Jeudi 30 mai : ATHÈNES - PARIS

EvzonePetit déjeuner. Promenade pour une découverte libre du vieux quartier de Monastiraki, ancien quartier turc au charme cosmopolite unique, devenu marché aux puces, où voisinent herboristeries, copies d'icônes, librairies d'occasion, magasins d'alimentation, pacotille et joaillerie, entre bazar oriental et ruines antiques. Continuation vers le Varvakeio, marché central d'ATHÈNES : arrêt dans cette bâtisse rectangulaire qui date tout de même de 1886 et accueille au total, à l'intérieur comme à l'extérieur, plus de 70 magasins d'alimentation de toutes sortes (viande, poisson, légumes, épicerie…)

groupeDéjeuner au restaurant dans le quartier de Monastiraki, au pied des collines de l'Agora et de l'Acropole. Temps libre pour la promenade dans le quartier piétonnier de Plaka ou les derniers achats au cœur d'ATHÈNES. Transfert à l'aéroport. Envol à destination de PARIS. Arrivée à l'aéroport de PARIS-CHARLES DE GAULLE.